Exploit historique d’une association européiste : l’Union Populaire Républicaine (UPR) exclue d’un débat… avant même qu’elle ne puisse s’exprimer !

Organisé à Arras, vendredi 3 mai, par le “Mouvement Européen”, ce débat fantoche a vu l’UPR interdite de parole.

Pour cet événement, l’association européiste avait effectué le choix, discutable, de faire intervenir uniquement les représentants des six listes aux européennes en tête dans les sondages. La possibilité de s’exprimer durant trois courtes minutes avait toutefois été laissée à d’autres listes à l’issue du “débat”. Ce point, signifié par le représentant de cette association, Monsieur Vié, à l’un de nos adhérent, fut même rappelé en préambule du débat comme il est possible de le constater dans une vidéo de l’événement que nous gardons en archive au cas où elle viendrait à disparaître fortuitement des réseaux sociaux.

Copie du mail nous assurant que nous disposerions d’un court temps de parole.

C’est donc avec sérénité, ouverture d’esprit, et volonté de dialogue républicain, que des représentants de l’UPR se sont rendus à ce débat en la personne de Michael VANDEWEGHE, adjoint de délégation Nord pour l’UPR, Jean-Marie LIBESSART, délégué départemental pour le Pas-de-Calais de l’UPR ainsi que d’autres militants arrageois de l’UPR.

Michael VANDEWEGHE avait été désigné pour prendre la parole au nom de l’UPR et exposer nos analyses. Cela aurait été l’occasion de donner un peu de relief à ce “débat” convenu au cours duquel les intervenants ont rivalisé d’ardeur dans la présentation de l’avènement d’une, impossible mais tant attendue, “Autre Europe”. Démocratie et liberté d’expression auraient ainsi été respectées, tout au moins dans la forme, malgré le peu de temps prévu pour les opinions divergentes.

Le déroulement de la soirée a malheureusement démontré que les 180 secondes d’intervention prévues pour les analyses de l’UPR sont encore trop pour les européistes.

Michael VANDEWEGHE avait pu échanger préalablement au débat avec plusieurs personnes : Roland DELPLANQUE, notoirement connu sur la ville d’Arras pour ses actions dans le milieu associatif et ses connexions avec les politiques locaux, un membre de l’organisation et d’autres personnes. C’est donc naturellement qu’il s’est avancé à la fin du débat pour prendre la parole. Deux personnes de l’organisation l’ont rejoint auprès desquelles Michael s’est clairement identifié comme le représentant la liste UPR « Ensemble pour le Frexit ». D’autres listes, qui n’avaient pas été invitées officiellement, se sont également présentées de la même façon sans que cela ne pose le moindre problème. Michael s’est donc tenu debout et silencieux au premier rang pendant qu’une personne d’un autre parti prenait la parole.

Voyant que cette prise de parole durait un peu, il a voulu s’asseoir et poser son sac. À ce moment, l’une des deux personnes l’a saisi par le bras pour l’empêcher de s’asseoir. Michael s’est de nouveau identifié et a demandé à ne pas être tenu par le bras de la sorte. Pour officialiser la chose, il a voulu présenter sa carte d’adhérent de l’Union Populaire Républicaine, ce qui lui a été refusé. C’est alors que les deux personnes de l’organisation l’ont violemment poussé vers la sortie comme en témoigne cette photo:

Michael violemment limogé sans avoir eu l’opportunité de s’exprimer, comme prévu, au nom de l’UPR.

L’un des hommes a tenté de lui faire une clé de bras, d’une violence telle qu’une autre personne de l’organisation est intervenue pour le modérer. Fort heureusement il n’a pas eu de séquelles et a pu récupérer ses affaires. Une fois sorti de la salle, en discutant avec les personnes qu’ils l’avaient  malmené, il a pu en déduire qu’il avait été repéré et que des consignes spécifiques avaient été données pour l’empêcher de prendre la parole.

Il est consternant de constater que le Mouvement Européen interdit à une formation politique de s’exprimer sur certains sujets liés à l’Union européenne. Les agissements anti-démocratiques de ce mouvement et l’absence de débat d’idées prouvent que nous ne sommes plus en démocratie. Cela montre aussi le comportement dictatorial des partisans de l’Union européenne.

Le journaliste de LCI, Hughes BEAUDOUIN, chargé d’animer les débats, avait pourtant lui-même déclaré que trois courants de pensée s’affronteraient lors de l’élection européenne décisive du 26 mai prochain :

  • les “Fédéralistes” qui veulent une Union européenne plus intégrée,
  • les “Euro-critiques” ou “Euro-sceptiques” qui veulent changer l’Union européenne,
  • les “Frexiters” qui veulent sortir de l’Union européenne.

Par la sortie manu militari d’un représentant de l’UPR, le positionnement en faveur du Frexit a été totalement évincé de ce pseudo-débat. Les personnes dans l’assistance n’ont ainsi pas pu se forger une opinion éclairée sur les courants politiques représentés lors des prochaines élections pour les européennes.

Nous regrettons profondément les agissements outrageux rapportés ici. Nous demandons à cette association des excuses envers Michael et l’UPR et une invitation, en bonne et due forme, à un prochain débat afin de respecter le pluralisme politique nécessaire à une vraie démocratie.

Cet épisode navrant soulève, en outre, plusieurs questions :

  • Le Mouvement Européen compte-t-il instaurer l’élimination systématique de toute parole dissonante, et pourquoi pas l’élimination physique de ses opposants ?
  • Le Mouvement Européen aurait-il peur de l’argumentaire développé par l’UPR ? Est-il capable d’y répondre sereinement sans exclure physiquement les militants qui le portent ?
  • Quelle Union Européenne le Mouvement Européen nous mitonne-t-il dans ces “débats” où tous ne peuvent s’exprimer ?

Nous espérons que le Mouvement Européen se ressaisira et invitera les représentants de l’UPR aux prochains événements organisés afin que tous les courants de pensée puissent être représentés et que la parole soit donnée librement à ceux qui souhaitent se libérer de l’Union Européenne.

2 commentaires

  1. Bertrand27 dit :

    Bonjour,

    C’est vraiment triste d’en être arrivé là dans l’absence totale de débat. Tous les moyens sont bons pour les europeistes.

    Pourquoi ne pas diffuser intégrer la vidéo dans l’article pour que nous partagions l’ensemble complet?

    Bon courage.

    1. Godfroy S dit :

      Bonsoir,
      nous préférons vous renvoyer vers la page Facebook de cette officine. Le passage que nous tenons à conserver est celui où on nous annonce que tous aurons droit à 3 minutes de parole libre.
      Cordialement,
      Thomas

Les commentaires sont clos.